Au coeur du Derby Basque à Bilbao !

Contexte

Régulièrement de passage dans les Landes, je me décide à aller découvrir le football basque à Bilbao (à deux heures de route). Très conservateur, à l’image du Pays Basque espagnol, l’Athletic Bilbao compte uniquement des joueurs basques ou d’origine basque dans ses rangs. C’est une politique unique à ce niveau, et les résultats sont assez époustouflants quand on sait que l’Athletic n’a jamais été relégué en Deuxième Division de son histoire, et que c’est le 4ème club le plus titré du pays.

Je choisi donc de m’y rendre lors du derby Basque, l’un des matchs les plus importants de l’année pour Bilbao, qui affronte la Real Sociedad de San Sebastian.

Athletic Bilbao – Real Sociedad : Derby Basque Octobre 2018 :

Avant cela, petit détour pour visiter Bilbao, une ville magnifique et contrastée. Le contraste est d’abord géographique, car Bilbao est située entre deux petites montagnes, ce qui lui donne une apparence de cuve et offre des points de vue splendides sur la ville lors de votre arrivée. Ensuite, la visite de Bilbao se distingue en deux grands ensembles : le vieux Bilbao (Casco Viejo) et le quartier moderne où se situe le stade. Le Casco Viejo et ses Septs Rues valent le détour, mais c’est dans le quartier moderne que j’aurais passé le plus de temps. En figure de proue de ce quartier, le musée Guggenheim, l’un des 3 musées de la célèbre collection de musées Guggenheim dans le monde (New-York, Venise, et donc Bilbao). Moi qui ne suis pas du tout branché musée, j’y ai passé un agréable moment à découvrir les expositions d’art moderne du moment. L’architecture extérieure, du bâtiment bien qu’incompréhensible, n’en est pas moins à couper le souffle (c’est d’ailleurs ce qui lui vaut sa renommée internationale) !

Derby basque au San Mamés de Bilbao !

Puis direction le stade. Pour les puristes, San Mamés est un lieu emblématique du football espagnol et européen. Les récentes rénovations du quartier ont offert aux supporters de l’Athletic Bilbao un nouveau jouet en 2013, et pas des moindres. Le stade porte bien son surnom de cathédrale mais pas pour son silence rassurez-vous ! Ce soir-là (comme tous les soirs de matchs je suppose ?), « La Catedral » s’illumine de rouge et blanc dans la nuit basque, et elle est pleine à craquer. Les abords du stade sont également bondés de monde. Il faut dire que ce soir, c’est derby. A ma grande surprise, les maillots de la Real Sociedad sont de sortie assumée, et cela ne pose visiblement aucun problème à personne. En entrant dans le stade, je me rends vite compte que porter le maillot des visiteurs du jour ne vous empêche pas d’accéder aux tribunes. Et bien qu’une section des tribunes soit réservée aux supporters en déplacement, les maillots bleu et blanc de la Sociedad sont visibles un peu partout dans ce qui reste néanmoins une véritable mer rouge aux couleurs de l’Athletic Bilbao. On comprend alors qu’assez intelligemment, la rivalité entre les deux clubs est purement sportive. Ça n’empêchera pas le San Mamés de s’enflammer lorsque retenti l’hymne de l’Athléti, un moment fort où tout le stade reprend l’hymne à l’unisson.

La fête tourne court à Bilbao

La partie est lancée, et malgré l’enjeu du derby basque, les joueurs de Bilbao afficheront ce soir-là un niveau bien en dessous de celui qu’on leur connaît. L’égalisation à 1-1 de Munian et l’explosion du San Mames qui en a suivi aura été le plus beau moment de ma soirée, mais ne restera qu’une illusion car c’est bien la Real Sociedad qui l’emportera 1-3. De quoi couper court aux éventuelles célébrations nocturnes des supporters de Bilbao…
Bien que déçu de l’issue du match, car j’aurais aimé assister à l’entrée en fusion de San Mamés, j’ai passé un super moment dans ce stade qu’il me tenait à cœur de découvrir, et qui m’a laissé entrevoir certains de ces moments de liesse que je recherche lorsque je me rends au stade. Merci Bilbao. De retour dans les Landes, c’est un nouveau Derby qui m’attend, celui de l’Atlantique entre Bordeaux et Nantes. Article disponible prochainement.

Laissez un commentaire